À quoi ressemble une mine artisanale?

Par

Alexandra Brutsch

,

7 avril 2021

Temps de lecture estimé:

10 minutes

Un collage de 6 photos d'engins explosifs improvisés (EEI)

Chaque année, des milliers de civil·e·s perdent la vie ou sont mutilé·e·s lors d’explosions provenant d’armes et munitions variées: bombes, roquettes, mines, etc. En cause dans près de la moitié des cas en 2020: des engins explosifs «improvisés», c’est-à-dire bricolés au moyen d’objets et produits de la vie courante. Parmi ces «armes du pauvres», comme on les surnomme parfois, figurent les mines artisanales, essentiellement produites par des groupes armés non-étatiques. La FSD en a neutralisé 1452 au cours de l’année écoulée.

Robots-soldats, drones armés, cyberattaques: les nouvelles technologies changent la face de la guerre. Pourtant, les armes explosives qui font le plus de victimes civiles aujourd’hui sont les armes non-commerciales, «faites maison». On les appelle «engins explosifs improvisés». Leur fabrication va du plus simple au plus sophistiqué, selon les compétences de leur constructeur et les matériaux disponibles. Certaines bombes de fabrication complexe peuvent par exemple être déclenchées à distance au moyen d’un téléphone portable.

Nombre de personnes blessées ou tuées par des engins explosifs en 2020, par catégorie. Source : Explosive Violence Monitor 2020

Selon les chiffres recensés par l’AOAV, les engins explosifs improvisés («EEI», ou en anglais «IED») ont été utilisés par 19 groupes armés dans 36 pays en 2020. L’Afghanistan et l’Irak se trouvent parmi les plus touchés. Les EEI sont de nature variée, reflétant la diversité des armes «traditionnelles» : lances-roquettes, mortiers, bombes… la plupart des engins explosifs ont leur version «faite maison». Les mines antipersonnel et antivéhicule n’y échappent pas: on parle alors de «mines artisanales».

Une mine est un engin explosif déclenché par la présence d’une personne ou d’un véhicule. Certaines sont conçues pour exploser lorsque l’on marche dessus, d’autres lorsque l’on trébuche sur un câble ou que l’on ouvre un tiroir. Du fait qu’elles explosent automatiquement quelle que soit la personne présente, et donc qu’elles tuent indistinctement les civils comme les combattants, les mines sont interdites par le droit international humanitaire. Ceci s’applique aussi bien aux mines classiques qu’aux mines artisanales.

Simple bande de métal attachée à une planche de bois. Ce déclencheur est généralement placé sous un objet attrayant ou sous un conteneur rempli d’explosifs. Lorsqu’une personne soulève l’objet, la pression est relâchée et déclenche l’explosion.

Une mine est composée de cinq éléments: une charge explosive, un détonateur, un système de déclenchement, une source d’énergie et un conteneur. En Irak, le groupe Etat islamique a fabriqué des centaines de milliers de mines artisanales en recourant à des explosifs issus d’engrais ou d’autres produits domestiques, à de simples piles de 9 volts comme source d’énergie, et des jerrycans ou boîtes en plastique en guise de conteneur. La plupart de ces mines artisanales ont été enterrées partiellement ou dissimulées dans la végétation afin de ne pas être repérées. Dans les bâtiments, certaines mines artisanales ont été conçues pour être activées lors de l’ouverture d’une porte, ou lorsqu’un objet, par exemple une poupée, était soulevé.

Type d’EEI rencontré très fréquemment en Irak. Ce type de conteneur, similaire à un récipient alimentaire, a été fabriqué en série par les forces de de l’Etat islamique dans une ancienne usine de plastique de Mossoul. Rempli de 7 à 10 kg d’explosif maison, il contient un déclencheur placé sous le couvercle qui active l’explosion lorsque l’on marche dessus.

Conteneur d’EEI également très commun en Irak: il s’agit d’un cylindre de métal découpé dans un oléoduc puis refermé de chaque côté, rempli de 10 à 15 kg d’explosifs.

Pour un démineur, les EEI posent un défi particulier: construits en dehors des normes industrielles, ils peuvent prendre une variété infinie de formes, de tailles, et de systèmes d’activation. Lorsque les démineurs sont face à un EEI enterré ou caché, ils doivent savoir comment il fonctionne pour l’appréhender et l’excaver en toute sécurité. De surcroît, les explosifs artisanaux peuvent être plus sensibles à la friction, à la chaleur et au mouvement, et être moins durables que les explosifs militaires, donc encore plus dangereux. Enfin, certains EEI comportent deux voire trois déclencheurs. Ceux-ci visent spécifiquement le démineur qui retirerait l’objet en pensant l’avoir désactivé, activant par cette action le deuxième déclencheur. C’est pourquoi les EEI, même après neutralisation, sont toujours déplacés depuis une distance de sécurité de 100 mètres au moins, au moyen de câbles.

L’emplacement de la mine artisanale est signalé. Après avoir neutralisé l’engin, les démineurs y attachent un câble. Ils le tirent ensuite depuis une distance de sécurité de 100 mètres, au cas où un autre déclencheur caché serait placé sous l’objet.

La FSD concentre ses activités en Irak sur la neutralisation et l’élimination de ces mines artisanales. À ce jour, nos démineurs en ont détruit près de 15'000.

Pfeilsymbol
Retour à la page des nouvelles du terrain
Une petite fille, portant un hijab, debout

Pour qu'elle ne risque plus sa vie à chaque pas.

"Je jouais dehors avec des amis quand l'un d'eux a ramassé un morceau de métal posé sur le sol. Soudain, il y a eu une explosion. Nous sommes tous tombés au sol. J'ai eu l'impression d'avoir été frappé dans le dos. "Sanita, 11 ans.

Comme Sanita, de nombreux enfants marchent quotidiennement dans des zones contaminées par des mines terrestres et des munitions non explosées. Depuis 1997, la FSD travaille sans relâche pour localiser et éliminer ces dangereux héritages de la guerre dans le monde entier, et pour prévenir les accidents grâce à des campagnes de sensibilisation. La FSD assainit également les sites pollués par des déchets toxiques et soutient la paix et le développement dans les pays touchés par des conflits.

Ensemble, nous pouvons agir. Chaque don, aussi petit soit-il, contribue à façonner un avenir plus sûr pour ceux qui ont déjà tant souffert.

S'abonner à la newsletter

Une fois par mois, vous recevrez des nouvelles du terrain, des éclairages sur nos activités et des réponses à vos questions sur le déminage.

Nous avons bien reçu votre demande d'abonnement, merci!
Oups! Quelque chose s'est mal passé lors de l'envoi du formulaire.
Une famille heureuse avec un père tenant un bébé, deux filles jouant autour et la mère assise à côté

Informations en direct du terrain

Icône TwitterIcône FacebookIcône InstagramIcône LinkedInIcône Youtube

Ukraine

Anecdotes de démineurs

Lire
Pfeilsymbol

Ukraine

Les démineurs répondent aux questions de Sophie et Lise

Lire
Pfeilsymbol

Irak

À quoi ressemble une mine artisanale?

Lire
Pfeilsymbol